Mon expérience au Guatemala en quelques mots

Ils l’ont vu, ils l’ont vécu…. voici ce que les participants ont a dire sur leur expérience d’initiation à la coopération internationale au Guatemala:  

Anaïs Miron Potvin : J’ai beaucoup aimé faire des liens avec les jeunes en travaillant et en mangeant avec eux. Je trouve tellement beau de voir l’évolution de vie des jeunes, les valeurs et l’indépendance qui sont transmit ici. J’apporte avec moi pleins de beaux souvenirs de cette expérience ici au Guatemala.

Agathe Brazeau : Je tiens à vous faire part de mon premier voyage humanitaire. J’ai adoré mon expérience de vivre en communauté avec 28 personnes 24h sur 24h, de partager les travaux, les repas, les couchers et les activités. J’ai aimé vivre à l’orphelinat avec les 32 jeunes garçons, de voir leur façon de partager, de s’entraider et de se soutenir entre eux et de former une grande famille. Mes deux coups de coeur sont la rencontre avec les 50 familles démunies avec qui nous avons partagé de la nourriture et des dons provenant du Canada ainsi que la fête d’adieu (despedida) que nous ont organisé les jeunes pour notre départ.  C’était très touchant, ils nous ont fait vivre des moments inoubliables. J’aimerais vivre cette expérience de nouveau. Ce fût très enrichissant et m’a fait réaliser que le matériel n’a pas d’importance mais l’entraide, le partage, l’amitié, l’amour sont les choses les plus importantes de vivre ensemble.

Annik Côté : Mon expérience vécue au Guatemala sera inoubliable. Ce voyage m’a permis de vivre une aventure des plus extraordinaires. Les jeunes Guatémaltèques de Hogar Shalom m’ont impressionné par leur grand sens de responsabilité, leur joie de vivre et leur grand sourire. Ils nous ont accueillis avec une grande chaleur et chaque journée était remplie de soleil. Nous avons été choyés tout au long de notre séjour et je leur en remercie. Nous sommes venus ici pour leur apporter quelque chose mais je repars avec tout ce qu’ils m’ont apporté.

Annick Brazeau : C’est toujours plaisant de retourner à Hogar Shalom et de revoir les jeunes. Je suis heureuse de constater en revoyant les anciens, qu’ils ont un brillant avenir devant eux, qu’ils deviennent des jeunes hommes accomplis et autonomes. Les projets que nous avons réalisés dans le passé, sont toujours en place ou ont été amélioré. Nous pouvons ressentir que notre aide est pertinente et qu’elle permet de changer les choses. Ce fût ma 4e fois au Guatemala et de fois en fois, je repars avec le sentiment d’avoir développé des liens forts avec eux et de les comprendre de plus en plus. Je suis heureuse de constater que les autres participants du groupe ont eux aussi tombé sous le charme de ce lieu.

Audrée Bourbonnais : Les mots ne sont jamais assez forts pour décrire une telle expérience courte, mais intense. Hogar Shalom est un endroit où l’on se sent chez soi, où l’on est exposé quotidiennement à l’entraide, le partage et à la joie de vivre des personnes qui y vivent. Je repars de cet endroit le cœur rempli de rencontres marquantes et d’un nouvel amour pour un pays dont la richesse se trouve autant dans les paysages que dans les gens qui y résident. J’y reviendrai assurément.

Caroline Masse : Cette expérience n’a fait qu’augmenter mon désir de partir à la rencontre de différentes cultures. Hogar Shalom est une famille dans laquelle on se sent accueillie et appréciée dès les premiers instants. Je quitte l’endroit avec des souvenirs inoubliables et des images de paysages à couper le souffle. Mon séjour ici m’a effectivement donné envie de continuer mes expériences à l’étranger, mais surtout de revenir au Guatemala. Les jeunes d’Hogar Shalom m’ont aidé à améliorer mon espagnol, mais surtout, ils ont été la raison de mon sourire au quotidien.

Caroline Vézina : Pour moi ce fût coup de foudre pour ce projet d’entraide et de partage. La rencontre avec nos nouveaux amis d’Hogar Shalom a été marquée d’une foule de moments de plaisir et de complicité; des jeunes super-attachants. Les travaux ont été exigeants, mais en gang, ce fût tellement motivant et gratifiant. Je repars le cœur et la tête remplis des bons moments vécus dans le projet et lors des activités de découverte du Guatemala. Ce fût un privilège de vivre cette expérience avec ma fille et  j’espère pouvoir la vivre à nouveau en famille.

Chantal Houle : C’était un rêve de faire un projet humanitaire avec un de mes enfants. Même si ça ne s’est pas passé comme je l’avais imaginé, le souvenir que j’en ai sera à jamais gravé dans ma mémoire et mon cœur. J’aimerais pouvoir avoir régulièrement des nouvelles des enfants. Ils m’ont inspiré à travailler fort pendant le projet et aussi m’ont touché par leurs histoires. J’espère refaire un projet semblable un jour ailleurs en Amérique Latine (j’ai pour ce continent un amour particulier), avec un autre de mes enfants ou toute seule quand ils auront grandis.

Christian Barrientos : Je n’ai pas de mots pour décrire mon expérience au Guatemala. Avoir partagé du temps avec les jeunes de l’orphelinat et les personnes du Rejòn m’a permis de développer des liens enrichissants. Je pense que n’importe qui devrait vivre une expérience comme celle que nous avons vécue ces deux dernières semaines au moins une fois dans leur vie car cela nous permet d’être plus reconnaissants du privilège de vivre dans un pays développé. C’est une expérience que je ne vais jamais oublier.

Cléo Simonson : Ce fut ma troisième fois à Hogar Shalom et l’expérience est toujours aussi enrichissante. J’ai adoré voir l’évolution des projets et c’est toujours gratifiant de voir la différence que nous faisons Toutefois, ce qui me fait revenir ici est les gens. Je suis toujours étonnée de voir comment les jeunes de Hogar Shalom sont si chaleureux et attachants. Au fil des ans, j’ai eu la chance de créer de belles et grandes amitiés. Revoir les jeunes que je n’avais pas vus depuis 2 ou 5 ans est aussi une de mes parties préférées du voyage.  De plus, même si le mode de vie est très différent il est toujours intéressant de s’arrêter et de vivre une expérience unique et de réaliser à quel point nous sommes chanceux. Bref, comme toujours je repars avec des souvenirs mémorables et les gens vont certainement me manquer! J’ai déjà hâte de revenir et de revoir les gens.

Daniel Lalonde : Pour moi, il s’agissait de la seconde aventure avec AGM.  La première fois, en 2012, avec mon fils ainé, Jean-Loup, alors âgé de 16 ans.  A notre retour, Jean-Loup retrouve son jeune frère, Ludovick, alors âgé de 11 ans.  Les deux garçons se retrouvent et placotent.  Un peu plus tard, Ludo redescend et me demande «Quel âge faut-il avoir pour participer a un voyage d’entraide avec AGM?».  J’étais ravi. Je comprenais que Jean-Loup avait trouvé son expérience positive! Et aujourd’hui, c’est donc avec Ludo que nous avons répété cette merveilleuse aventure! Quel bonheur ce fut!

Dominique Edmond Cloutier : Mais quelle expérience unique! Dès les touts premiers moments arrivé à Hogar Shalom, je savais que le séjour allait se dérouler beaucoup trop rapidement. L’accueil offert par Edgar (le responsable du centre) et les jeunes guatémaltèques  était plus que chaleureuse et le plaisir de faire parti de l’équipe s’en est suivi sous peu. Le projet m’a permit d’approfondir mon ouverture d’esprit envers d’autre culture et style de vie grâce au parfait mélange entre le travail et le loisir qui nous on été donné. C’est aujourd’hui d’une perception différente que je vais faire un retour à «ma réalité» au Canada en prenant le temps d’apprécier une bonne douche CHAUDE.

Éric Dupont : J’ai beaucoup aimé que nous devions se mêler avec les jeunes de l’orphelinat pendant les repas.  Cela nous a permis de mieux les connaitre et de créer des liens avec eux. Comme j’étais venu en 2007, j’ai été émerveillé de voir comment le Hogar a évolué depuis et ce à l’avantage des jeunes à l’orphelinat. Peut-être un autre stage en vue ?

Flavie Deslauriers Vézina : J’ai vraiment adoré ma première expérience de coopération internationale, je suis triste de partir. Mon gros coup de cœur a été les jeunes de l’orphelinat, j’ai beaucoup aimé pouvoir interagir et travailler avec eux. Je suis contente d’avoir pu contribuer au développement de l’orphelinat et d’avoir aidé à la restauration d’une école au village d’El Rejòn, village dans le besoin. Je rapporte avec moi des souvenirs inoubliables. Un jour, j’aimerais refaire un projet de coopération internationale semblable à celui du Guatemala.

Gabrielle Comeau : Pour quelqu’un qui passe la majorité de ses journées inactives, à l’intérieur, ce projet a commencé en me sortant complètement de ma zone de confort. Je reviens au Canada avec des nouvelles valeurs et un tout autre point de vue et ravie d’avoir pu participer à cette expérience extraordinaire. Le défi, maintenant, est d’appliquer les leçons que j’ai appris dans ma vie habituelle. Je n’oublierai jamais ces deux semaines, elles seront gardées à jamais au fond de mon cœur.

Karianne Simard : La peur de ne pas savoir a quoi s’attendre et de vivre pendant 2 semaines une nouvelle routine ainsi qu’un nouveau mode de vie culturelle. A mon arrivée a l’orphelinat,  j’ai réaliser a quel point le temps est précieux et que l’amour se donne inconditionnellement. Le fait d’observer les jeunes interagir, d’apprendre a les connaitre et de travailler avec eux ma permis de réaliser qu’ils étaient tous amoureux de leurs propre richesse. Cette expérience me donne le gout de vous annoncer a tous et a toutes que nous sommes tous différents l’un de l’autre, et qu’avec cette différence, nous avons le pouvoir de faire un monde meilleur.

Josée Louiseize : Déjà la fin d’une merveilleuse expérience de vie! Ceci était une première expérience pour moi de participer à un projet de coopération internationale. Les mots me manquent pour décrire à quel point cette expérience fut exceptionnelle. Au départ, j’ai voulu participer à ce projet pour sortir de ma zone de confort et ce fut tout à fait réussi. Vivre dans des conditions complètement différentes de ce à quoi je suis habituée pendant deux semaines m’a fait réaliser que le bonheur se trouve dans les choses simples, l’amour et l’amitié des gens qui nous entoure peut importe où nous sommes. Cette expérience à été pour moi grandement enrichissante et m’a donné le goût de participer à d’autres projets dans le même genre. Je retournerai au Guatemala c’est certain!

Laurence Briand Bellemare : Avant d’embarquer dans l’avion je me suis dit que je ne voulais plus aller au Guatemala. Une fois arrivée, je ne voulais plus en repartir. Je m’y sens tellement bien (malgré le manque d’eau chaude) et les gens sont tous si sympathiques et attachants.Durant mon séjour, j’ai eu l’occasion de faire de nouvelles connaissances et d’apprendre des tas de choses. Une chose est certaine; je reviendrai.

Laurie Beaudoin Lemieux : Comment ne pas avoir les larmes aux yeux de devoir quitter cette superbe aventure. Mon expérience à l’orphelinat Hogar Shalom à été l’une de mes plus belles expérience de vie jusqu’à présent et restera à graver dans ma mémoire pour toujours. Le grand sens de responsabilité et la gentillesse de ces jeunes guatémaltèque m’a tout simplement éblouit. Il est impossible de ne pas s’attacher à eux. Je suis reconnaissante envers eux puisqu’ils m’ont apprit beaucoup de choses et ils m’ont fait grandir comme personne en seulement 2 semaines. Cette aventure s’est déroulée beaucoup trop rapidement. Pour finir, une bonne douche chaude m’attend au Canada!!

Laurie-Ann Renaud : Pour ma part, cette expérience fût l’une des plus enrichissante de ma vie. Je n’aurais jamais cru que cela m’aurait apporté autant de bonheur que d’échanger et de travailler dans un milieu comme celui qui nous a été proposé au Guatemala. Ces deux semaines m’ont permis de connaitre des gens extraordinaires et de voir l’importance de nos gestes sur la vie des gens. J’ai réalisé que les jeunes m’ont tellement apporté et que ce mode de vie va beaucoup me manquer. J’ai adoré mon expérience et je retournerais à Hogar Shalom n’importe quand!

Louise Mercier : Deux semaines à l’orphelinat de Hogar Shalom nous transforme sans aucun doute. De voir ces jeunes, structurés, actifs, souriants et plein de vie m’a profondément touchée. Il règne ici un esprit de fraternité, de soutien et d’entraide digne des meilleures familles. L’œuvre d’Edgard est des plus inspirantes.

Ludovick Lalonde : La première fois que j’ai entendu parler des projets d’Amitié Gatineau-Monde c’était en 2012 quand mon frère et mon père sont allés au Nicaragua pour construire une école dans un village, je trouvais l’idée de voyage très intéressante. Quand mon père ma offert d’aller Au Guatemala, j’ai accepté sur le champ. J’ai adoré ce voyage, il a été un des plus beaux que j’ai fait. J’ai aimé vivre dans une communauté différente avec des inconnues et essayer de leur parler sans même que je comprenne un seul mot de leur langue. Un des plus beaux moments a été a la fin, quand nous avons pus voir tout le travail fait pendant 2 semaines.

Marie-Claude Thériault : Je ne veux pas partir. C’est comme si j’étais arrivée hier. Cette expérience fut la plus belle expérience de ma vie. Participer à un projet de coopération internationale était un rêve pour moi. Je l’ai finalement réalisé. Je suis tellement heureuse d’avoir eu la chance de participer à ce projet et je reviendrai aussitôt que je le pourrai. Les jeunes qui habitent ici sont tellement attachants. Ils ont tellement de belles valeurs et je suis heureuse d’avoir eu la chance de cohabiter avec eux pendant deux semaines. Je leurs souhaitent tout ce qu’ils désirent dans la vie et un super futur. Je ne vais jamais les oublier. Merci à tous, je vous aime.

Michel Lapointe : J’ai aimé participer à l’œuvre de Hogar Shalom même si c’est pour seulement deux semaines et que ce centre est un projet de vie.  Des liens d’amitiés se sont créés autant avec les jeunes de l’orphelinat qu’avec les participants.  Je garderai un souvenir très émouvant de mon expérience au Guatemala.

Natalie Guénette : Lors de mon retour du Guatemala en 2011, je rêvais d’y revenir et j’ai enfin pu réaliser ce rêve après cinq ans. Ce qui m’a le plus marquée de cette deuxième expérience fut le fait que les jeunes qui étaient présents il y a cinq ans me reconnaissaient et se souvenaient de moi. De plus, j’ai pu réaliser davantage la différence que nos efforts font dans la vie des gens et j’ai aussi pu voir à quel point ils sont tous reconnaissants de l’aide que nous leur apportons. Je recommanderais cette expérience à n’importe qui puisqu’elle représente la plus belle de toute ma vie. Nous sommes chanceux d’avoir pu être reçu aussi bien chaleureusement par Edgar et les jeunes d’Hogar Shalom et je peux affirmer qu’ils m’ont, une fois de plus, changée pour le meilleur.

Nathalie Brunette : Que de courbatures, de fous rires, de coups de théâtre et de belles rencontres. Très touchant de voir l’évolution du Hogar au fil des ans, et de contribuer au développement de cet oasis de paix pour les enfants. Et pour ma part, une expérience tout aussi enrichissante la quatrième fois que la première. Merci aux chargées de projet pour leur générosité et leur dévouement, merci au Hogar pour leur accueil, et longue vie à Amitié Gatineau-Monde!

Raphaël Normand : J’ai adoré toute l’expérience et toute les bonnes valeurs que ce projet à pu m’apporter! Ce fut une expérience très enrichissante et de laquelle je vais garder de merveilleux souvenir. Cela m’encourage grandement à vouloir recommencer très bientôt un projet comme celui-ci. J’encourage tous le monde a faire un projet humanitaire au moins une fois dans sa vie, car on en ressort toujours plus grand!

Yen-Chau Nguyen : Mon expérience au Guatemala a été extraordinaire. Je n’oublierais jamais l’hospitalité et la gentillesse des jeunes guatémaltèques, ainsi que leur sens de l’humour. J’ai eu la chance de rencontrer et d’interagir avec des individus incroyables, autant dans le groupe qu’à l’orphelinat. J’ai adoré l’atmosphère des villages ruraux (avec tous les enfants qui nous observaient et les animaux qui couraient partout!), les marchés remplis de produits artisanaux et la nourriture guatémaltèque (merci à Gloria et à Bernarda!). C’est avec beaucoup de tristesse que je reviens au Canada. Un voyage de deux semaines me semble trop court. J’espère un jour revenir au Guatemala pour voir les rêves des jeunes se réaliser.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s